LE FIGARO

AFP Publié le 11/08/2011 à 06:44

Une Française de 43 ans est décédée lundi, de cause apparemment accidentelle, dans un gîte touristique du nord amazonien du Pérou, a-t-on appris mercredi de sources judiciaire et diplomatique, alors que la presse mettait en cause un usage de la plante hallucinogène “ayahuasca”.

La touriste originaire de la région parisienne, dont l’identité n’a pas été révélée, séjournait avec son compagnon dans le secteur de Pongo de Canairachi, à 650 km au nord-est de Lima, où la police avertie par le gîte éco-touristique a constaté le décès, a précisé le parquet de Pongo.

Son corps a été transféré dans la ville de Yurimaguas, où un examen médico-légal a révélé une “contusion encéphalique” et un “oedème cérébral”, qui pourraient être compatibles avec une chute, a-t-on précisé de source proche de l’enquête.
La police n’a procédé à aucune interpellation. Selon le quotidien Peru21 citant des sources policières, le décès de la victime serait lié à une perte de connaissance à l’issue d’une expérience mystique chamanique comprenant l’ingestion d’une boisson à base d’ayahuasca, une liane amazonienne aux pouvoirs purgatifs et hallucinogènes.

Teddy Paredes, représentant du parquet à Pongo, a souligné à l’AFP qu'”aucun élément ne permet de lier la mort à l’usage d’ayahuasca”. Des prélèvements ont été transmis à un laboratoire à Chiclayo (nord) aux fins d’analyse pathologique et toxicologique.

Un tourisme occidental attiré par les séances d’ayahuasca, décrites par leurs adeptes comme une expérience de transe positive favorisant l’introspection, s’est fortement développé ces dernières années dans l’Amazonie péruvienne.
L’ayahuasca est utilisée depuis des siècles par les chamanes et guérisseurs amazoniens. Le corps de la Française devrait être rapatrié dans les prochains jours.

Comments are closed.